Pour profiter de l'ensemble des fonctionnalités de ce site, activer JavaScript ou mettre à jour son navigateur. Sans JavaScript, les différentes fonctionnalités ne peuvent être utilisées.

Le bilinguisme est un mode de vie

Le bilinguisme n’est pas rare, dans la mesure où la plupart des gens dans le monde sont bilingues ou multilingues. Le concept large du bilinguisme signifie qu’une personne peut communiquer couramment dans deux langues. Selon une définition plus stricte, la personne bilingue doit parler les deux langues aussi bien et même presque parfaitement.

En réalité, les compétences linguistiques de n’importe qui ne sont pas parfaites dans toutes les situations. Une personne bilingue utilise souvent des langues différentes selon les situations, les environnements et les personnes avec qui elle se trouve, de sorte que les langues se développent inévitablement de différentes manières. Parfois l’une des deux langues domine et parfois c’est l’autre.

Le bilinguisme n’est pas uniquemenent une compétence acquise. Si l’on veut déterminer précisément le bilinguisme, il faut considérer la fréquence à laquelle les langues sont parlées, la polyvalence de la langue dans différentes situations et avec différents interlocuteurs, et l’importance de la langue pour l’orateur·rice. On ne peut pas forcer quelqu’un à être bilingue. On ne peut pas le devenir juste en étudiant une langue. Le bilinguisme est un mode de vie.

Le bilinguisme requiert la participation des parents

Un·e enfant ne peut pas décider de son propre bilinguisme. La décision de suivre une éducation bilingue est prise par les parents en toute conscience. Ils·elles doivent s’engager et s’investir. Les parents sont les professeur·e·s les plus important·e·s pour l’enfant et jouent donc un rôle clé en transmettant leur langue et en l’enrichissant à la fois. Les familles bilingues doivent travailler dur pour s’assurer que l’enfant ait accès aux deux langues de manière polyvalente. Un bilinguisme efficace exige du temps, de l’engagement et des décisions et des actions réfléchies.

Comme point de départ d’une éducation bilingue, les parents peuvent se demander ce que signifie le bilinguisme dans leur famille et ce qu’ils elles veulent accomplir. L’un des objectifs peut être que l’enfant puisse communiquer avec ses parents et les membres proches de la famille. L’acquisition de compétences linguistiques complètes dans les deux langues est un mauvais objectif de départ, car elle ne fait que mettre la pression sur les parents et le bilinguisme ne doit être stressant pour personne. L’utilisation active et la polyvalence avec laquelle l’enfant se sert de la langue et le type de langage qu’il·elle crée sont plus importantes que le niveau de compétences linguistiques. Le bilinguisme est présent autant dans votre vie quotidienne que dans vos choix.

Soutenir le bilinguisme

L’être humain apprend des langues étrangères grâce à l’interaction sociale, et avant la puberté. Il est essentiel que l’enfant soit motivé·e par l’utilisation de langues étrangères dès son plus jeune âge. Plus l’enfant sera soutenu·e tôt dans son éducation bilingue, plus il·elle se forgera naturellement une partie de son identité à partir de la langue et de la culture de ses parents. Le développement précoce du langage crée également de bonnes conditions pour d’autres apprentissages, en particulier pour le développement de compétences linguistiques polyvalentes et l’appréciation d’autres langues et cultures. Les parents sont les premiers responsables de l’éducation bilingue de leur enfant, mais d’autres éducateurs jouent un rôle important quand il s’agit d’entretenir la langue parlée par l’enfant. Par exemple, le dispensaire de puériculture (Neuvola), l’école maternelle, l’école, les parents proches et les ami·e·s ont toutes et tous un rôle à jouer dans l’apprentissage d’une langue. Les parents doivent disposer à l’avance de suffisamment d’informations sur le bilinguisme et sur les moyens de le développer. Lors de la petite enfance, lorsque l’enfant est le plus apte à apprendre des langues, les parents sont souvent pressés et le besoin en aide venue de l’extérieur se fait grandement sentir. Des attitudes positives des uns et des autres et le respect envers les deux langues et cultures pratiquées par l’enfant aideront également les parents à soutenir au mieux leur enfant bilingue.

 

Ce texte est basé principalement sur la publication ”Äidinkielenä kaksikielisyys. – Kaksikulttuuristen perheiden näkökulmaa kaksikielisyyteen.” (Tanja Del Angel, Familia ry, 2015)

Pour plus d’informations sur le bilinguisme : http://www.duoduo.fi/kaksikielisyys.html

S'abonner à la newsletter

Haut de page