Pour profiter de l'ensemble des fonctionnalités de ce site, activer JavaScript ou mettre à jour son navigateur. Sans JavaScript, les différentes fonctionnalités ne peuvent être utilisées.

La maîtrise de sa langue maternelle est importante pour l’élève

Il est important pour un·e enfant ou un·e jeune issu·e de l’immigration de garder son niveau dans sa langue maternelle. La langue maternelle ou langue première est celle que l’enfant apprend en premier. Il s’agit en général de la langue permettant l’expression des sentiments. Je l’appelle aussi la langue du cœur. Maîtriser sa langue maternelle aide à apprendre d’autres langues. Il est plus facile d’apprendre des langues étrangères comme le finnois lorsqu’on connaît sa propre langue maternelle.

Au sein d’une famille parlant plusieurs langues, l’enfant deviendra plurilingue. Il est important de parler à l’enfant dans sa propre langue maternelle : le père parle sa langue maternelle et la mère en fait de même avec sa langue maternelle. Pense-bête : parler à son enfant dans la langue dans laquelle on peut exprimer au mieux ses sentiments et ses pensées. La tâche de la mère ou du père n’est pas d’enseigner le finnois à leur enfant, mais d’enseigner leur(s) langue(s) maternelle(s). La langue commune aux deux personnes en charge de l’enfant peut être la langue “de la maison” pour toute la famille.

Lire des contes et des histoires est aussi une chose importante. Cependant, il n’est pas toujours possible de trouver des livres rédigés dans sa langue maternelle. Dans ce cas-là, il s’agira plutôt de raconter une histoire, qui permet d’emmagasiner du vocabulaire, ce qui sera utile à un apprentissage plus facile du finnois. À l’école, en cours de langue maternelle, on apprend à lire et à écrire.

La langue maternelle joue aussi un rôle essentiel pour l’enfant dans le développement de son identité. Il est important pour lui de savoir où sont ses racines. La langue lie l’enfant à sa famille et à ses proches, mais aussi à d’autres personnes vivant en Finlande et parlant la même langue.

L’école tend à offrir un enseignement en langue maternelle

Des cours en langue maternelle seront proposés à l’élève dont le finnois n’est pas la langue maternelle ou la langue seconde à la maison. De même, un·e élève ayant suivi une partie de sa scolarité à l’étranger se verra proposer des cours dans cette langue. Les prérequis pour la création d’un groupe sont un minimum de 4 élèves parlant la même langue et le recrutement d’un professeur compétent. Dans le cas de langues minoritaires comme le langage finnois des signes, les langues sames ou le romani, un groupe sera créé au-delà de deux élèves minimum.

Selon le plan quinquénal d’éducation, l’enseignement en langue maternelle vient s’ajouter aux heures normales de cours. L’inscription est facultative et doit être renouvelée lors de chaque année scolaire. L’élève inscrit est tenu de suivre régulièrement l’enseignement dispensé. L’élève se verra remettre séparément un certificat mentionnant l’enseignement reçu dans sa langue maternelle. Les groupes sont formés selon les âges et les niveaux des élèves. Au sein d’un même groupe, on peut trouver des enfants provenant de différentes écoles et dont l’âge est compris entre 6 et 18 ans.

Il est important que les personnes dotées de l’autorité parentale encouragent leur enfant à participer aux cours en langue maternelle, qui renforcent l’enseignement proposé dans les autres matières. Pendant les cours, on apprend à lire et à écrire dans sa langue maternelle. Ces cours permettent aussi à des élèves issus de différentes écoles, mais parlant la même langue, de se retrouver. L’enseignement dans sa langue maternelle aide l’élève à devenir plurilingue et multiculturel·le.

L’enseignement en langue maternelle est varié, basé sur différentes méthodes. À Jyväskylä en Finlande, on recommande la fonctionnalité et la pluridisciplinarité dans l’enseignement des langues et de la littérature. Cela signifie que le·la professeur·e et les élèves choisissent ensemble un livre ou un texte. Ensuite ils·elles construisent un projet lié au sujet choisi, grâce auquel on analysera le thème et son vocabulaire, par exemple la biologie ou la géographie dans le cadre d’un livre de contes en rapport avec la nature et l’environnement.

L’élève a le droit de s’aider de sa langue maternelle dans le cadre de l’enseignement scolaire

Le plan quinquénal d’éducation fixe des objectifs et des contenus pour l’enseignement. En Finlande, les élèves apprennent plusieurs matières à l’école. un·e élève a le droit d’utiliser sa langue maternelle pour l’aider dans sa scolarité. En Finlande, il n’est pas interdit de parler sa langue maternelle à l’école. Lors des cours de finnois ou d’une autre langue étrangère, l’élève peut s’aider d’un dictionnaire. Dans les autres matières aussi l’élève peut avoir recours à sa langue maternelle.

Les compétences en langue maternelle ouvrent des portes. Toute compétence en langue est bénéfique. Il peut arriver qu’une carence en langue étrangère empêche de trouver un travail. Un individu qui apprécie aussi sa langue maternelle et son héritage culturel devient une personne équilibrée. Ainsi il apprend à estimer les autres individus et leurs langues.

Liens :

Jyväskylän kaupungin oman äidinkielen opetus https://peda.net/jyvaskyla/kieku/o-ohll

Lasten ja nuorten monikielisyyteen kasvu ja sen vahvistaminen https://peda.net/oppimateriaalit/kirja-arkku

Opetushallituksen opas ” Oma kieli, oma mieli” oman äidinkielen oppimiseen http://www.oph.fi/download/121981_oma_kieli_oma_mieli_2009.pdf

Mielekäs kieli –esite http://www.kieliverkosto.fi/docs/Mielekas_kieli.pdf

Oma kieli kullan kallis – Opas oman äidinkielen opetukseen http://www.oph.fi/download/46930_OPH_oma_kieli_03092007_www_lock.pdf

Plan quinquénal d’éducation pour les langues maternelles :

https://peda.net/opetussuunnitelma/ksops/jyvaskyla/liitteet/l3ptoootsjooa

S'abonner à la newsletter

Haut de page